Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Canniccioni, François.

La Juive. Éd. Septentrion, 2002, 109 p.

L'Amour en Tunisie

François Canniccioni est natif de Marseille. Établi au Québec depuis des décennies, il a écrit des romans appartenant à différents genres. Il est l’auteur de polars et de romans qui reflètent un peu le parcours de sa vie. Dans La Juive, il nous conduit en Tunisie au moment de la Deuxième Guerre mondiale. Ses héros sont deux jeunes que la religion et l’origine ethnique éloignent, mais que la fébrilité de l’âge et du sport réunit. Qu’importe ! Moins le poids des ans se fait sentir, moins les cloisons sont étanches.

 

L’un chrétien, l’autre juive, voilà les deux jeunes tourtereaux mariés avec l’assentiment des parents, qui ont écouté la voix du cœur au lieu de celle de leur ghetto. Heureux mariage béni par la venue d’un enfant. Vivant paisiblement dans une Tunisie tolérante, le jeune couple file le bonheur parfait jusqu’au jour où le nazisme brise les liens de ceux qui s’aiment en imposant ses interdits au-delà de la Méditerranée. C’est toujours ce qui arrive quand l’humanité doit se soumettre à une idéologie ou à une utopie. Famille désunie par des préjugés raciaux que le mari combat pour un retour au bercail de ses amours.Le jeune héros est plus ou moins coupable de cet enlèvement pour ne pas avoir suivi les conseils d'un ami allemand, mais on ne peut douter de l'authenticité de ses sentiments.

La Juive est une œuvre mineure, mais elle a au moins le mérite de pointer la guerre dans toute son horreur, comme on peut le constater aussi dans La Lente Découverte de l’étrangeté de Victor Teboul et dans Visage retrouvé de Wajdi Mouawad.