Paul-André Proulx

Littérature Québecoises
 

Clément, Michel-Ernest.

Phée Bonheur. Éd. Triptyque, 1999, 281 p.

Une femme des années 1940

Les romans de mœurs évoquent parfois avec bonheur ce que nous fûmes. Avec Phée Bonheur de Michel-Ernest Clément, nous plongeons dans le Québec des années 40. L'auteur a transposé son drame dans la région de Lanaudière si l'on se fie à la mention de la Deadwilling Tobacco, l'entreprise qui faisait vivre la population des environs de Joliette avec la culture du tabac.

Il oriente en particulier son projecteur sur la famille De Guise qui opère un magasin général dans le village de Saint-Piedmont. Père de quatre enfants nés d'un premier mariage, le jeune veuf convole de nouveau en justes noces avec Phée, une institutrice au caractère trempé. Les défis ne l'assomment pas contrairement à son mari. Elle a même le don de s'imposer de façon spectaculaire, comme en choisissant le soir de la messe de minuit pour maintenir la natalité florissante du Québec. Elle sème le bonheur autour d'elle. Et quand son mari devient neurasthénique après l'incendie qui a ravagé son commerce, elle prend sur ses épaules d'ouvrir une boulangerie pour subvenir aux besoins des siens. C'est la femme forte de l'Évangile qui se dépense sans parcimonie. Seul l'avènement du progrès risque de l'abattre quand apparaît le pain emballé en tranches. Les changements technologiques sonnent le glas de la routine d'antan qui avait entretenu le bonheur au sein de la famille De Guise.

Autour de Phée virevoltent un éventail de villageois singuliers. Le curé Dhostie ne peut s'offrir la communion sans se confesser. Les Massu forment un clan qu'il est recommandé d'éviter si l'on veut vivre en paix. Heureusement qu'il y a le vieux Maltais, un sage du patelin qui sait occuper le fils de Phée, un surdoué doté d'un don spécial, capable de faire damner un ange. Mais ce qui inquiète le plus cette femme, c'est le fils aîné de son mari, atteint du traumatisme qui frappe le soldat à son retour de guerre.

Malgré les malheurs qui s'abattent sur cette famille, le roman ne s'enlise pas dans des ornières défaitistes. On sait même parer la mauvaise fortune avec un certain humour, comme le révèle l'onomastique employée par l'auteur. C'est avec une plume simple qu'il laisse présager les bombardements qui affecteront le quotidien de la famille québécoise à l'aube des années 1950.