Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Comeau, Fredric Gary.

Vertiges.
Éd. XYZ, 2013, 191 p.

Sur les routes de l'errance .

Ce roman ressemble à une bouteille jetée à la mer. En fait, c'est tout comme. Un poète acadien laisse son œuvre dans le désert par main interposée. Une femme le découvre et demande à sa fille de retrouver l'auteur car elle croit que c'est l'homme de sa vie. Sur cette esquisse se trament une multitude de rencontres qui mèneront peut-être à Antoine, le poète de Moncton.

Cet enjeu semble en apparence se diluer dans une foule de chassés-croisés sans frontières. De Montréal au Japon, via une flopée de villes telles que Paris, New York et Göreme en Turquie. C'est finalement dans l'église de la boucle en Cappadoce que se termine cette course à la quête de soi. En contemplant la fresque de l'Annonciation, l'héroïne Hope Fontaine sera-t-elle investie de sa vraie mission sur terre par l'archange Gabriel afin de mettre fin à son errance à travers le monde ?

On y découvre une panoplie de personnages, tous pris plus ou moins de vertige. Le vertige de l'écriture, le vertige de la vengeance, le vertige de la sexualité et le vertige de la violence. L'espérance pousse chacun à parcourir le monde afin de satisfaire ses désirs. Cette course les amène à croiser leurs routes inopinément. Nul n'est une île. Des ponts se construisent pour transcender les quêtes communes du bonheur. Le bonheur dans un ailleurs qui attire tous ces êtres mus par des aspirations plus ou moins identiques et justifiables.

Découpée en pièces apparemment détachées comme un recueil de paroles de chansons, cette œuvre, originale et dépaysante, innove en art romanesque par tous ses clins d'œil à toutes les formes d'expression culturelle. C'est intéressant comme quête littéraire d'autant plus que l'écriture hachurée convient à nos sociétés éclectiques, pressées de se partager entre différents espaces de recherche pour saisir le sens de l'existence et de sa fin, qui est loin d'être une tragédie. " Notre mort… c'est nos noces de l'éternité. "