Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Jacques, Caroline.

La Globe-trotteuse. Éd. Hurtubise, 2017, 244 p.

Une coopérante du Québec au Niger

Carlie, une juriste québécoise, s'inscrit comme coopérante internationale après un amour déchirant qui ne veut pas mourir. Elle est assignée à Niamey au Niger, où elle tente de s'adapter à la rudesse du quotidien. Ce n'est pas facile de quitter un nid douillet pour une maisonnette offrant des commodités réduites à l'essentiel. Tout de même, elle réussit à tisser des liens chaleureux avec tout un chacun à l'exception de la ministre de la Condition féminine. Elle parvient même à rencontrer le président lors d'une fête dans un grand hôtel.


Sa mission s'incorpore au sein d'un organisme voué à la défense des droits de la femme dans un pays musulman. C'est plus risqué que de présenter sa tête à un lion affamé. Mais la foi transporte les montagnes, et l'ONU sécurise le transport. Sous le signe bleu accolé à tous les véhicules de service, à l'instar du casque bleu des militaires, le sentier devient moins périlleux. Mais réclamer l'instruction pour toutes filles nigériennes et le mariage libre constitue un enjeu provocateur quand les coutumes prévoient dès la naissance le mari qu'elles devront épouser. Il faut s'ingénier à contourner les usages rédhibitoires. " Si les femmes étudient et travaillent, les hommes devront-ils se contenter de manger des pâtés aux crayons, " comme l'entend Carlie de la bouche d'un ministre influent. Ce n'est pas demain la veille. L'héroïne se donne corps et âme à sa mission tout en étant bien entourée de ses domestiques, soit son chauffeur et sa femme de ménage. Et les occasions de fraterniser à l'européenne se présentent tout de même dans l'hôtel chic de Niamey. Ce baume réconfortant n'est pas suffisant pour faire oublier la grande pauvreté qui sévit au Niger. Quand une partie de la population se nourrit des détritus de ceux qui sont moins pauvres, on peut imaginer le reste.

L'héroïne assume son rôle avec efficacité dans cet enfer. Son aptitude à établir des liens lui facilite la tâche. Tous en chœur pour servir la cause pourrait être sa devise. Étant coopérante elle-même, l'auteure sait situer la dynamique de la coopération sans l'embellir ni la rendre impossible comme le fait Jean-Christophe Ruffin avec Les Causes perdues. Le roman ou plutôt le récit de Caroline Jacques, s'adresse à un large public. C'est une œuvre de sensibilisation bien ficelée, mais l'écriture ne porte pas une griffe distinctive.