Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

 

Jasmin, Claude.

La Sablière. Éd. Leméac, 1979, 212 p.

Un enfant autiste

Depuis au moins trente ans, Claude Jasmin contribue annuellement à l'enrichissement de notre patrimoine littéraire. Ses œuvres suivent l'évolution du Québec à tous les niveaux. Aucun sujet ne lui est indifférent, que ce soient la politique ou la famille. Cette dernière lui a inspiré ses meilleurs romans. Dans La Petite Patrie, il se servait d'un matériel autobiographique pour tracer le portrait des siens qui habitaient un quartier de Montréal désigné par le titre. Dans La Sablière, il récidive en les transportant à leur chalet d'été de Pointe-Calumet.

C'est un village situé tout près de Montréal sur les rives du lac des Deux-Montagnes. Dans les années 1940, c'était un endroit de villégiature quelconque qui accueillait principalement les résidants des villes environnantes. En somme, on recréait l'univers urbain à la campagne. C'est dans ce décor champêtre que se déroule le drame concocté par Claude Jasmin. L'auteur transporte ses deux héros dans une sablière qui devient leur principal champ d'action pour l'été. Au lieu de jouer aux cow-boys et aux indiens comme les enfants de leur âge, ils se transforment en cavaliers arabes qui, au cri d'" Allah ou Akbar ! ", attaquent d'invisibles ennemis. Ce " désert de sable " devient un terrain de jeux magnifique pour faire la mise en scène des récits lus dans une encyclopédie bon marché vendue en feuillets.

Clovis, l'aîné des deux frères, âgé de 16 ans, s'occupe ainsi de Mario, son cadet qui souffre d'autisme. C'est par des activités ludiques qu'il réussit à le sociabiliser un tant soit peu. Mais le bonheur s'accroche toujours à des obstacles en chemin. On dirait que l'été est un temps propice aux incidents malencontreux. Une appendicite aiguë précipite le frère aîné à l'hôpital. Son séjour va le transformer quand le jeune patient qui partage sa chambre meure et qu'une belle infirmière participe à son insu à l'éveil de sa sexualité. De retour auprès des siens, Clovis n'est plus le même à cause de ces événements qui ont contribué à sa maturité.

Comme la fin de l'été approche, on revient à Montréal. L'adolescent est séparé de Mario que l'on confie à un orphelinat qui accueille aussi des enfants souffrant de déficiences. La situation brise le cœur de l'aîné, qui a la ferme intention de tirer son frère des griffes des religieux qui dirigent l'institution. L'opération est périlleuse, et la témérité n'est pas à l'abri du drame.

Claude Jasmin jette un œil attendri sur une famille aux prises avec la maladie. Il en brosse un portrait touchant à travers le quotidien magique de deux garçons qui s'épaulent dans le malheur. Cette œuvre profondément humaine frappe par son authenticité. L'auteur s'y est consacré avec une passion qui a fait surgir le meilleur de son art.