Paul-André Proulx

Littérature québécoise

Mazzieri, Julie

Le Discours sur la tombe de l'idiot. Éd. José Corti, 2008, 244 p.

Mentalité villageoise .

Julie Mazzieri est une Québécoise, dont le nom de famille est Ouellette. L'auteure a abordé la mentalité villageoise alors que les gens de la ville aspirent à aller vivre à la campagne. Elle contredit en fait la fable du Rat de ville et du rat des champs de La Fontaine. Ah, la sainte paix de la campagne ! Le roman dénonce ce préjugé tenace. Comme disait saint François de Sales : " Là où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie. " Le roman illustre cet aphorisme de belle façon à travers des assassinats qui, semble-t-il, ne touchent que les grands centres. Pourtant, chaque année, de nombreuses municipalités ont à déplorer la mort violente de ses habitants.

Au lieu de s'attacher aux écarts de conduite, l'auteure s'en prend à la mentalité pernicieuse qui y conduit. Chacun porte sa part d'ombre. Et l'occasion fait le larron comme il peut devenir un héros dans un autre contexte. En somme, ce roman au rythme soutenu examine, au-delà de la violence des communautés fermées, l'étroitesse d'esprit de ceux qui sont responsables des rumeurs qui poussent tous et chacun au poteau d'exécution.

Bref, les crimes commis dans ce roman ne servent que de prétexte à une analyse psychologique d'une portée sociale.

_____________________
 

Mazzieri, Julie.

La Bosco. Éd. Héliotrope, 2018, 123 p.

Pour des funérailles

La Bosco est décédée. Que fera la famille ? Il faut parcourir la région compris entre Wotton et Chesterville dans la région des Bois-Francs. C'est avec un chauffeur particulier que l'on tentera de se rendre au lieu de la sépulture en s'arrêtant dans un hôtel en cours de route.


Il n'y a pas grand-chose à comprendre lors de ce trajet. On saura que le veuf est désargenté, semble-t-il. La quatrième de couverture précise qu'il fuit pour ne pas payer les frais funéraires. Ce n'est pas clair en lisant le roman puisque le nouveau veuf désire couvrir de fleurs la tombe de sa femme. C'est à ne rien y comprendre. On dirait une œuvre d'outre-tombe écrite pour les adeptes de l'onirisme.

Les amateurs du genre y trouveront peut-être leur compte. À moins que le sens du roman m'ait échappé, il me semble peu pertinent de l'avoir publié. Il faut dire que l'éditeur se spécialise dans le genre flyé (hors normes). Mazzieri est le patronyme de Sylvie Ouellette comme

auteure.

_____________________