Paul-André Proulx

Littérature Québecoises


Rivard, Yvon.

Le Milieu du jour.
Éd. du Boréal, 1995, 328 p.

Triangle amoureux

Yvon Rivard publie en suivant les tranches d'âge de sa propre vie. Comme jeune auteur, il avait écrit Les Silences du corbeau (1986) qui racontait la fuite d'Alexandre en Inde pour échapper à la douleur d'un échec amoureux. Avec Le Milieu du jour (1995), il présentait les questionnements de son héros, un écrivain partagé entre sa femme et son amante. Quant au Siècle de Jeanne (2005), c'est un grand-père qui découvre les valeurs qu'il aurait dû privilégier sa vie durant. Il s'agit donc d'une trilogie qui parcourt le destin d'un homme en quête de sa place dans le monde et de la part que le monde peut occuper en lui.

Le deuxième volume saisit le héros en pleine crise de la quarantaine. Alexandre ne sait pas ce qu'il veut. Doit-il renouer avec Françoise de qui il a eu un enfant ou vivre avec Clara? Dilemme destructeur d'autant plus que son œuvre s'en ressent. Il est comme une boule de billard qui rebondit ailleurs aussitôt qu'elle est touchée. Quand il désire une femme, c'est à l'autre qu'il pense. Il résout son conflit en fuyant en Italie et aux États-Unis. En somme, il court en vain comme un hamster dans une roulette.

Il ne parvient pas à concilier son esprit et son corps sur une même femme. Il craint de perdre le contrôle de sa vie en cédant aux impératifs existentiels. Comme Empédocle, il a peur de ne pas être un homme s'il ne désire pas être un dieu. Cérébral ne se nourrissant que d'images, il s'élimine lui-même de la course à l'harmonie en devenant son propre ennemi comme dirait Nietzsche. Alexandre refuse de se laisser inventer par la vie. Shakespeare a déjà formulé le dilemme où conduit un tel choix : être ou ne pas être. Il ne reste que la mort pour retrouver le paradis perdu, moyen auquel a recouru son ami Nicolas pour se libérer des contingences humaines. Le héros est assez lucide pour évaluer les conséquences de son option. Non seulement il se détruit, mais il entraîne les siens dans sa chute. Comment s'en sortir? Le dénouement indique que ses mains le sauveront peut-être à l'instar de son père qui a utilisé les siennes à bon escient comme bûcheron. C'est Le Siècle de Jeanne qui renferme la réponse finale.

C'est un roman métaphysique, mais accessible. Yvon Rivard exprime avec clarté tous les doutes et les lâchetés qui caractérisent les humains qui ont passé l'âge des illusions. Avec une écriture qui se veut simple, l'auteur plonge, trop longuement, au cœur du mal être en s'inspirant des grands penseurs de l'humanité. Il ne recourt pas indûment à leurs lumières. L'œuvre s'incarne surtout dans les conflits engendrés par les triangles amoureux.