Paul-André Proulx

Littérature Québecoises


Robert, Dominique.

Chambre d'amis.
Éd. Herbes rouges, 2011, 170 p.

Les Malaises montréalais

" Quand elle se regarde dans le miroir, Juliette a la sensation d'être une sorte d'illusions. " Les personnages du roman vivent dans le regard d'autrui, et ce que l'on perçoit d'eux les transforme en fantoches, qui n'existent qu'en fonction d'un rapport décidé par les autres. En somme, on se gouverne par l'entremise d'une volonté étrangère à l'ego. Et la crainte de vivre vient du fait que l'on se sent incapable de renverser la vapeur. Difficile de réserver une chambre d'amis quand chacun vit dans la marge de son entourage. Ce n'est pas sans rappeler, selon certains angles, le film Les Émotifs anonymes.

Qu''est-ce que l'œuvre met en branle ? La colère, le désir, l'affection, le mépris rassemblent tous et chacun pour une prière affolante afin que transparaisse le vrai visage des personnages en quête d'une métaphysique, qui rendrait significative leur quotidienneté. Le jour n'a-t-il de sens que si la nuit des temps révèle l'immuabilité de l'existence ou, paradoxalement, éclaire " la beauté du monde " ? Ajuster sa beauté sur celle de la création est un défi que ces Prométhées tentent de relever à travers le factuel urbain, contourné parfois par des escapades laurentiennes.

L'image est omniprésente dans cette œuvre photographique. C'est une collection de portraits composée pour la plupart des clients du bar Night, où ils se plaignent du mythe de Sisyphe rendant Montréal invivable ou presque à cause du syncrétisme qui caractérise cette ville plongée dans la diversité culturelle. Bref, le roman découvre les punaises qui piquent le cœur des Montréalais.

Le roman, réservé au public restreint de la philosophie, prend ainsi l'allure d'un recueil de nouvelles avec le dénouement inattendu à la fin de chaque chapitre. Son uniformité s'installe péniblement. Ce n'est pas décoiffant, mais la manière sent le contreplaqué, un assemblage de destins mus par les mêmes forces que l'œuvre met en interrelations. Tout de même, le message s'inspire de Gerry Boulet quand il invitait ses fans à être " plus sensibles à l'invisible. À tout ce qu'il y a à l'intérieur. "