Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Gagnier, Marie.

Console-moi. Éd. du Boréal, 2003, 319 p.

Enfance marquée au fer rouge

Console-moi est une oeuvre solide. L'auteure nous entraîne dans une aventure palpitante, inspirée en premier lieu par le peuple acadien du 18e siècle, qui fut déporté par les Anglais, mais qui pousse encore ses ramifications le long de l'Atlantique. Ce périple temporel sert à la compréhension de ces " nâmes de géants ", dont le mauvais sort s'est acharné sur elles comme un vautour.


Un pêcheur de Chéticamp quitte la Nouvelle-Écosse après avoir perdu son frère, sa femme et son bateau. Pour fuir ses malheurs, il s'établit avec son fils de quatre ans à Pointe-aux-Trembles, un arrondissement de Montréal. Croyant y trouver le bonheur, il s'enlise encore davantage en exerçant un métier peu rémunéré. Pour oublier sa faillite humaine, il sombre dans l'éthylisme, qui a finalement raison de son âme de géant, tel un albatros qui aurait reçu du plomb dans une aile.

Cette défaite aura des répercussions sur le fils. Abandonné à lui-même, il garde quand même un moral exemplaire, malgré la tache de vin qui lui couvre le visage, et le manque de scolarité qui freine considérablement ses ambitions. Heureusement, la tentative de son père pour reconstituer une famille lui sert d'occasion pour s'initier à la photographie avec une belle-mère compatissante. Fort de son nouveau savoir, il veut retourner dans son village natal puisque Montréal ne lui sourit pas plus qu'à son père. Avec un vieux camion, sur lequel on peut lire en grosses lettres " because of sorrow ", il quitte sa vie navrante en suivant la route qui longe le fleuve Saint-Laurent. Une panne d'essence le mettra en contact avec un couple d'étudiants qui se porte à son secours. Et voilà qu'il accepte d'accompagner la jeune femme afin de répertorier les légendes et les chansons de l'Est du Québec tandis que le jeune homme poursuit sa route jusqu'à la mer pour terminer un soi-disant essai. Comme dans un road novel, le nouveau tandem parcourt la province à la recherche de gens âgés encore détenteurs des bribes de notre patrimoine folklorique.

Il est bien payé pour ce travail en plus de jouir des faveurs intimes de cette compagne inespérée. Mais ce qu'il ne sait pas, c'est tout ce qui se trame dans son dos. Pourquoi ces jeunes étudiants se consacrent-ils à ce travail? C'est ce qui compose la deuxième partie de l'œuvre. Nous entrons au cœur de ce qui a formé leur personnalité. Le remords et la violence en ont fait des êtres retors et démoniaques. Après avoir eu une enfance très marquée par le destin, nous comprenons qu'ils aient sombré dans l'abîme du désespoir, qui est à l'origine de leurs vengeances pathologiques. Dans un dernier volet, un éclairage psychanalytique explique leur dérapage. Cette auteure privilégie toujours cet angle pour ses oeuvres. Ce chaînon est agaçant. Il n'est pas nécessaire d'appuyer autant sur l'origine des malaises existentiels pour faciliter notre compréhension.

En gros, elle nous promène dans le temps pour établir des liens entre l'âme des héros et des événements du passé. La déportation des Acadiens en 1755 se vit dans tous ces départs des jeunes qui quittent leurs familles à cause des malheurs qui se sont abattus sur eux. Si les incidents du FLQ de 1970 sont rappelés, c'est davantage pour marquer l'inefficacité d'un terrorisme sauveur. Tous les personnages sont aux prises avec un destin défavorable. Tous réagissent pour se libérer : certains y trouvent la mort, d'autres fuient et d'autres récoltent enfin le bonheur. Mais chacun traîne une peine bien difficile à consoler. Le grand nombre de personnages ne nous égare pas. Même s'ils sortent de nulle part comme Juliette, ils sont tous membres d'une même famille ou le deviennent. C'est une histoire noire, voire insupportable par moments. Les meurtres et les suicides se succèdent à un rythme accéléré, sans conduire cependant vers un dénouement apocalyptique. Mais il n'y a pas de quoi crier " Victoire! ".

L'écriture est à la hauteur de cet ambitieux projet romanesque, construit à la manière d'un vitrail dont l'auteure s'inspire pour illustrer la grisaille et la lumière de la vie. Les teintes sombres laissent quand même filtrer la poésie que l'auteure amalgame à celle d'Aragon. " Si le monde sévère a roulé la tête à l'envers ", les survivants tentent tant bien que mal de valser comme Elsa " au bal des hasards ".