Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Arguedas, Pascale

Des bouts de ciel entre les doigts. Éd. Petit Véhicule, 2012, 91 p.

Les Immigrants italiens de France


Je déroge à mes habitudes de commenter une œuvre québécoise pour présenter le roman de mon amie Pascale Arguedas, une Française pure laine. Elle m'a rappelé mon enfance heureuse à Nicolet alors que les soirs d'hiver, nous nous occupions de mille et une façons dans un silence réconfortant. Pourquoi les mots meubleraient-ils la soirée quand nous savons qu'ils " se perdent comme des pièces de monnaie dans une fontaine aux souhaits " ?

Je me suis senti au Québec avec l'hiver qui panache les toitures alors que, dans les chaumières françaises, les cœurs battent à l'unisson après des saisons à besogner pour que les abeilles se sentent bien elles aussi dans leurs ruches que l'on a tressées avec amour et installées à l'abri des rigueurs hiémales. N'ayez crainte de leurs dards, elles ont bien d'autre chose à faire, dira-t-on aux immigrants italiens accueillis par un couple des alpages français.

Comme les Polonais de mon village natal, qui ont fui les exterminations du petit moustachu, Chiara et Alfredo se sont sauvés de leur pays pour échapper à la tempête mussolinienne. Les deux exilés ont intégré, heureusement, un milieu où régnait la sérénité. L'élevage du mouton et l'apiculture occupent Alfredo et André, son bienfaiteur. Sa femme Jeanne et Chiara voient à la besogne de la maisonnée. Le roman saisit le train-train quotidien de ce petit monde oublié par la guerre. Le plaisir de vivre dans ce mâs jette un baume sur les plaies vives d'un passé tumultueux.

Le vivre ensemble ne se limite pas qu'au partage des tâches. Les humains ne sont pas faits que de chair et d'os. Le cœur maintient vivant cet assemblage biologique, animé par des sentiments. L'autre n'est pas qu'un élément du décor. Corps et âme, il réagit à son environnement. Les atomes crochus se défrichent un chemin pour atteindre la voie royale de l'amour. S'aimer, c'est le plus beau métier du monde.

L'univers du roman plonge ses racines dans un terroir semblable à ceux du Québec voués à la production laitière ou maraîchère. Nous nous retrouvons avec Pascale Arguedas, qui s'enivre d'une nature bienfaisante. Avec mesure et pudeur, la sensualité de l'auteure passe à travers les odeurs, les couleurs, les formes. Son roman est une arabesque vivifiée par une écriture musicale. Tout est bien ordonné pour que l'on entende la petite musique qui découle d'une vie simple.