Paul-André Proulx

Littérature Québecoises


Clerson, David.

En rampant.

En rampant ou en fourmillant Éd. Héliotrope, 2016, 210 p.

Quel monde devrait être le nôtre ? C'est la question que pose David Clerson avec son dernier roman. Celui qu'il propose va en rebuter plus d'un. Il suggère un retour aux mythes nés du désir de saisir le sens de notre existence.


On suit son héros, Samuel, de l'adolescence à sa vie étudiante dans une université de New York. Jeune, il habite à Clifton, municipalité fictive des Cantons-de-l'Est. En quête d'insolite, il parcourt à vélo la campagne avec son ami Abel, un passionné d'insectes. D'ailleurs un livre sur la vie des invertébrés les a ébahis. Ils se pétrissent de cet univers rampant et fourmillant pour se définir une classe d'appartenance dans l'ordre du monde. Mais un malheureux accident handicape Abel pour le restant de ses jours. Leur amitié demeure vive et persiste au-delà des études qui exigent un éloignement de ceux que l'on aime.

Samuel s'installe à Montréal où il s'éprend de Julia, une jeune femme qui fréquente la même université. Afin d'enrichir davantage leurs champs de compétence, ils s'inscrivent dans une université new yorkaise. Julia s'intéresse aux primates, l'obligeant ainsi à voyager en Afrique tandis que Samuel se penche sur la politique américaine, en particulier le conspirationnisme qui veut que l'univers vive sous la coupole de forces ésotériques qui maintiennent les humains au rang de vulgaires exécutants. Cette destinée qui serait la nôtre n'a rien d'emballant pour un jeune plein d'enthousiasme. Peu à peu, sa science le dégoutte des systèmes qui assujettissent les humains à une roue qui tourne à vide comme celle des hamsters. La vase déborde quand il accepte d'écrire des romans ésotériques pour arrondir ses fins de mois.

Sa quête de sens le décide à mettre fin à ses études et à revenir dans son patelin pour retrouver la sagesse qui l'habitait autrefois comme le proclame Salomé dans la bible : " Allez à la fourmi, considérez sa conduite, et apprenez à devenir sage. " (Salomé, VI, 6) Somme toute, l'auteur invite son lectorat à réfléchir à la vie que l'on mène. Il faut renouer avec l'esprit des premières sociétés. Les humains se sont pris pour des dieux, mais leur socle est à la veille de s'effondrer. Comme disent les psys, il faut se reprendre en main.

Cette thématique qui sent l'ésotérisme n'attire pas tout et un chacun. Même si le sujet peut déplaire, la manière de l'auteur est emballante. L'écriture est assez efficace pour retenir le lecteur qui aurait choisi cette œuvre au hasard. Les deux tiers du roman sont de vraies délices. Mais quand s'enclenche l'épilogue, la magie cesse d'opérer. C'est plutôt redondant. Quand même, ce roman métaphorique peut tenir le coup si l'on accède à un deuxième degré de lecture.