Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Carpentier, André.

Gésu Retard. Éd. du Boréal, 1999, 254 p.

Un marginal du Plateau Mont-Royal

André Carpentier enseigne à l'université du Québec, mais, depuis fort longtemps, il publie nouvelles, romans, récits, essais, en plus de signer de nombreux articles dans les revues littéraires. Gésu Retard est son dernier roman. Il s'agit de l'histoire d'un marginal heureux, qui promène sa bosse, plutôt son érection permanente, dans les rues du Plateau Mont-Royal, un arrondissement de Montréal souvent choisi par les écrivains de cette ville pour camper leurs œuvres. Le héros, né un 26 décembre, en retard d'un jour sur la naissance de Jésus, reçut comme nom celui qui sert de titre au roman. Abandonné dans les poubelles des Sœurs de la Charité par une fille à marins, il vit dans ce quartier branchouillard de la métropole québécoise, où se regroupent les intellectuels, les artistes et les gens en rupture de ban

Le roman se divise en dix-sept chapitres présentés sous forme de dictées, dont les titres ne sont pas sans rappeler ceux d'antan tels que " Où Gésu Retard ne saura dire ce qu'il y a dans le regard de qui l'examine de près ". Chacune raconte ce qui meuble la vie du héros, comme ses randonnées à vélo dans les rues avec son casque et ses lunettes d'aviateur de la Première Guerre mondiale. L'excentricité le caractérise à l'instar des habitants de ce quartier aux airs européens. Le roman rend compte avec justesse de ces " Plateauïdes ", dont la mégalomanie reflète les avantages qu'ils tirent de l'État à cause de leur culture et de leur savoir.

Gésu Retard n'est pas un marginal misanthrope. Au contraire, il savoure la vie. Il " n'espère rien, ombre vive au fond d'un puits, si ce n'est ta soif ", écrira-t-il dans un haïku dont il est passionné. D'ailleurs, cette forme littéraire est l'élément déclencheur, qui emmènera à Montréal un Antillais de Chicago que le héros doit héberger. L'amour du haïku les réunit, mais ce sera pour une courte durée. Aussitôt arrivé, l'invité disparaît, obligeant ainsi Gésu Retard à le chercher. C'est peine perdue. Il signale donc la disparition à la police, qui l'emprisonne parce qu'elle le soupçonne d'être l'auteur du méfait. Dans un tel contexte, le travail policier ne peut apparaître que sous son plus mauvais jour.

Ce roman est un bon indice de ce qui se vit dans le Plateau Mont-Royal. La démesure du personnage reflète celle plus secrète des habitants. Cette toile de fond sert admirablement en fait un polar. L'auteur est habile. Il joue avec plusieurs éléments, bien enchevêtrés pour cacher les fibres sociales, psychologiques, culturelles et humoristiques qui composent son tableau de quartier. Bref, c'est une œuvre originale sans être dépaysante pour autant.