Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Meunier, Sylvain

La Dernière Enquête de Julie Juillet. Éd. Vents d'ouest, 2002, 236 p.

La Génétique au service de Faust

" Chair humaine à vendre, adaptée à vos besoins : adoption, transplantation, dépravation. " Voilà le message publicitaire qui risque d'apparaître bientôt dans les journaux. Sylvain Meunier sert une mise en garde contre les dérapages de la génétique devenue apte à créer la vie sur mesure. Qui peut encadrer le développement de cette science quand les Fausts de la terre profitent de l'éthique qui s'érode?

Sous le mode de l'intrigue policière, l'auteur joint sa voix à tous ceux qui soulignent les dangers cachés derrière les exploits scientifiques, tel Korn-Adler dans La Vie aux enchères. Sans tomber dans le réquisitoire alarmiste, le roman de Sylvain Meunier insiste assez suffisamment pour faire frémir les âmes les moins sensibles. L'héroïne, une ex-détective, entreprend à ses dépens une enquête personnelle afin d'aider son amie Chantal Mignonnet à découvrir l'origine de sa fille adoptive, dont elle a vu le sosie dans un " smuff movie ". Les recherches de Julie Juillet la conduisent vers la côte atlantique, où opère l'Advanced Genetic Society. Cette entreprise subventionnée fournit aux couples en quête parentale, des enfants nés de femmes enlevées et engrossées par un savant. Procédé assurant la qualité du produit! Les naissances servent aussi à des fins condamnables. Pourquoi ne pas profiter de l'inventaire pour alimenter les banques d'organes?

Ce commerce sordide se pratique dans des conditions abjectes. Le polar de Sylvain Meunier en est un d'horreur. En plus des enfants vendus pour l'adoption, on produit des monstres répondant à des besoins spécifiques. Le roman pénètre ainsi un univers scientifique hautement spéculatif. Si l'on se fie aux progrès déjà accomplis dans ce domaine, on peut se demander si l'auteur ne se pose pas comme un Jules Verne des temps modernes. Contrairement à son illustre prédécesseur, l'auteur québécois englobe son oeuvre dans une violence inouïe. L'absence de compassion des adeptes du mal crée un monde sanguinaire que l'on espère virtuel. Heureusement que la dichotomie caractéristique des polars présente une héroïne pleine de cœur. Avec son mari policier d'origine haïtienne, elle forme un couple très perméable aux malheurs d'autrui.

Exceptionnel pour le genre, ce roman policier se termine par le triomphe des ténèbres. On peut reprocher à l'auteur de se complaire dans la description des horreurs. Le thème serait mieux servi par un tartinage moins épais. Par contre, l'intrigue est nouée solidement pour créer un thriller à la lecture haletante. À ce plaisir s'ajoute la qualité de l'écriture, qui est naturelle chez Meunier sans être renversante cependant. C'est une oeuvre valable, qui conviendrait davantage à un lectorat adolescent si elle ne commandait pas autant d'effusions de sang.