Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Jean, Bédard

Le Chant de la terre blanche.

Éd. VLB, 2015, 256 p.
S'installer en terre innue au 18e siècle.

Le Labrador est un territoire boréal qui a appartenu au Québec jusqu'en 1949. On l'a coupé de cette province afin que l'île de Terre-Neuve agrandisse sa superficie quand elle s'est coupée de l'Angleterre pour joindre la Confédération canadienne. Habité par des Inuits, le Labrador s'est développé particulièrement au 18e siècle quand le Danois Jens Haven, que Mikak, l'héroïne du roman, et sa famille renomment Jensigoak, descend d'un voilier anglais pour examiner les possibilités d'un éventuel établissement au cœur de la communauté innue.


Quand le voilier rappareille pour son retour, l'officier Francis Lucas emmène avec lui un adolescent et Mikak pour les présenter à la cour de la fière Albion afin de satisfaire la curiosité de la noblesse anglaise. Revenue au Labrador toute transformée, elle sert de guide aux Frères moraves qui viennent fonder une mission en terre nordique pour échapper en quelque sorte aux ennuis que leur cause leur dissidence du protestantisme d'État. Persécutés pendant des siècles comme les Cathares, les frères moraves pensent puiser la paix dans le champ de la terre blanche comme le mentionne le titre.

Rien n'absorbe le choc des cultures. Les Innus jalousent les installations confortables de ces colonisateurs qui veulent adjoindre la communauté d'accueil à leurs pratiques religieuses. Les prêches se font pressantes au moins de créer des dissensions au sein d'une population sur laquelle on compte pour survivre en pays de glace. Le Labrador comme le Groenland où sont déjà établis les frères moraves représentent des défis que seuls les Innus ont relevés depuis des siècles. Les deux clans ont besoin l'un de l'autre. Mais comment parviendront-ils à s'entendre ? C'est l'énigme du roman qui plonge ses racines dans des traditions qu'il faut respecter pour protéger son identité. Chaude lutte en vue parmi ceux qui veulent se convertir.

Jean Bédard est un auteur qui s'inspire de l'Histoire. Sa reconstitution est très crédible d'autant plus qu'il trace avec brio le profil psychologique de ses personnages. Œuvre instructive qui respecte l'art romanesque. À lire.