Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

 

Diamond, Lynn.

Le Passé sous nos pas.
Éd. Triptyque, 1999, 166 p.

La Mort de la famille

Le Passé sous nos pas est un roman que l'on a négligé à sa parution. Pourtant, c'est une œuvre forte qui révèle avec brio les dernières décennies du XXe siècle. L'auteure scrute les bouleversements qui ont ébranlé le Québec. À travers la victime d'un meurtre, elle démontre comment se sont dissous les liens du sang. C'est une adolescente qui doit finalement prendre les décisions pour que l'enterrement ait lieu avec une certaine décence.

Lynn Diamond exploite ce drame sous forme de chronique tricéphale. La narration à trois voix fait ressortir les différentes facettes qui ont causé l'asphyxie de la cellule familiale. Les divorces, les rivalités, les dépressions, la fascination de l'ailleurs sont autant de voies empruntées vers la descente en enfer. D'abord, l'auteure pointe le divorce des parents, qui a enclenché l'abandon des enfants par la disparition du père et par une mère plutôt soucieuse de problèmes étrangers aux siens, comme le racisme que subit une famille noire de son entourage. Cette désintégration apparaît dans toute son ignominie lorsque les membres de cette famille en deuil se défilent pour ne pas s'associer à l'incident malheureux, qui devrait normalement les rapprocher.

L'auteure a tracé en toute simplicité un portrait frappant de ce que nous sommes devenus. Elle a évité les traits saillants au profit d'une subtilité qui découvre les braises sournoises cachées dans nos chaumières. Même si le lecteur parcourt trois versions de ce drame de la modernité, l'intérêt se maintient parce que l'atmosphère est rendue avec une justesse éloquente.