Paul-André Proulx

Littérature Québecoises


Bolduc, Charles.

Les Truites à mains nues
. Éd. Léméac, 2012, 137 p.

On ne voit pas le temps passer

" On ne voit pas le temps passer. Le monde peut battre de l'aile, on n'a pas le temps d'y penser. Faut-il pleurer, faut-il en rire quand toute une vie se résume en millions de pas dérisoires ? Je n'ai pas le cœur à le dire. " En inversant les vers de la chanson de Jean Ferrat, nous résumons l'essence du recueil de nouvelles de Charles Bolduc. Nous ne pouvons suspendre le temps en notre faveur, a écrit Lamartine. " Le temps n'a point de rive ; il coule, et nous passons ! " Il reste au moins le souvenir d'un temps, qui aurait pu semer le bonheur sur son passage. Mais, hélas, la grande faucheuse récolte sans tenir compte de la maturité à laquelle la moisson est parvenue.

En trente courts textes, le narrateur fait le bilan de son existence en colligeant les aléas de la vie, voire les avatars, qui ont alimenté sa réflexion. Fin observateur de la scène existentielle, il en tire des leçons amères. À ceux qui songent au suicide, s'abstenir. Comme l'auteur rédigeait les discours de Gilles Duceppe, il a développé une plume semblable à une tête chercheuse en quête de l'objectif nuisible à la bonne marche des choses. Où le bât blesse-t-il ? En fait, l'auteur répond à cette question en examinant un quotidien qui tourne en rond comme un chien à la poursuite de sa queue.

Le recueil de nouvelles se penche sur des banalités riches d'enseignement pour une conscience perspicace. Charles Bolduc les présente comme des instantanés de nos vies apparemment insignifiantes. Mais derrière les apparences se dissimule une course au bonheur. Une quête du passage vers notre Inde personnel. À l'instar de Kafka, l'auteur en arrive au même constat : il est impossible de dompter l'existence, car elle échappe au harnachement comme une truite que nous voudrions saisir à mains nues.

Œuvre pessimiste s'il en est, mais la sollicitude de l'auteur transparaît à travers une humanité qu'il enrobe dans une écriture délicate. Ça nous repose de la plume de ceux qui, pour créer un effet d'authenticité, se colle à une oralité parfois difficile à décrypter quand elle réfère à une réalité dont le langage échappe à notre compréhension de par sa nouveauté. Bref, ce recueil vient de faire la preuve que rien n'est étranger à la poésie.