Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

 

Lalancette, Guy.

Les Yeux du père.
VLB éditeur, 2001, 246 p.

L'Importance du père

Dans un village québécois des années 50, la famille Kattelan vit un deuil éprouvant puisqu'il s'agit du père qui vient de mourir d'une cirrhose du foie. Pendant trois jours défileront parenté et conseillers municipaux devant le cercueil pour rendre un dernier hommage à cet homme aux yeux si mystérieux, qui se trouvait être le maire de l'endroit.

Rjüggen, le fils de sept ans, assistera avec curiosité à ces rassemblements empreints de tristesse. Ce qui l'inquiète, c'est que cette mort ne le chagrine pas contrairement aux autres. Les absences fréquentes du père de la maison pour exercer sa fonction et l'alcoolisme ont gardé à distance ce fils, intrigué et apeuré par ses yeux dont il ne parvenait pas à décrypter les messages. Comme il voudrait être affecté par ce décès! Ce sentiment d'impiété pousse Rjüggen vers la religion afin d'apaiser son inquiétude. Il cherche aussi du réconfort auprès de son ami Julien, un immigrant français de " religion athée ". Ce regard enfantin sur la mort et sur Dieu est intéressant. En petit théologien, il fait la leçon aux adultes avec ses questions métaphysiques, qui respectent l'entendement d'un garçon de son âge.

Son questionnement n'est pas psychotique. Pendant ces trois jours d'exposition, il vaquera à ses occupations journalières, provoquant plus d'une fois le sourire avec ses reparties. On le verra à l'école, à l'église, avec ses amis. En fait, il cherche la vérité. Sa grande peur, c'est d'être en état de péché pour ne pas suivre le droit chemin. Mais où est-il ce chemin? C'est sa grande préoccupation. Sans le savoir, il en veut à l'hypocrisie des adultes qui ne l'aident pas dans sa démarche. Il n'a jamais pu s'évaluer dans les yeux de son père. Comme il est important à cet âge le regard d'autrui pour se juger! Le dénouement très symbolique vient souligner avec justesse l'importance de l'appréciation paternelle, ne serait-elle que visuelle. C'est ce que recherchait Rjüggen, cet enfant qui ne pleurait pas. On le comprend.