Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Godbout, Jacques.

Opération Rimbaud.
Éd. du Seuil, 1999, 153 p.

Un Jésuite en Éthiopie

Cinéaste, romancier, essayiste, professeur et quoi d'autre encore, Jacques Godbout séduit les Québécois par son éclectisme. Avec son dernier roman, il nous transporte en Éthiopie, où Hailé Sélassié affronte un dilemme peu commun. Comment protéger les Tables de la loi contre les rebelles du pays? Moïse ne les avait-il pas fracassées en voyant son peuple adorer le veau d'or? Peu importe, la garde en a été confiée au Négus, qui s'acquitte consciencieusement de cette tâche.

Craignant que les préceptes divins passent en mains impies, le roi des rois appelle la Compagnie de Jésus à sa rescousse. Le pape noir réfère la demande aux jésuites québécois. Et c'est le père Michel Larochelle, un agnostique de 35 ans, qui hérite de cette dangereuse mission de sortir en catimini de l'Éthiopie les fameuses pierres sur lesquelles Dieu a gravé ses commandements. C'est l'opération Rimbaud comme l'appelle le supérieur du héros en souvenir du poète qui a vécu à Harar. Il ne faudra pas beaucoup de temps à ce bon religieux pour découvrir les intérêts exigeant le transport de la précieuse cargaison. Pourquoi ne pas se servir par la même occasion?

Cette mission toute noble mais farfelue cache son antithèse. L'auteur en profite pour faire le procès des hommes d'Église. Il questionne sérieusement le sacerdoce que l'on n'exerce pas nécessairement pour la plus grande gloire de Dieu. La prêtrise serait-elle devenue l'art d'apprêter la religion à toutes les sauces? Sous la soutane se cache un homme soumis à la tentation comme le reste de ses frères et de ses sœurs. Mais sa formation de casuiste l'aidera à s'innocenter si jamais il y succombe. La chair est faible, l'ambition est grande et tous les moyens sont évangéliques si l'on sait les accommoder.

Mine de rien, Jacques Godbout pratique un anticléricalisme efficace. Il fait du prêtre un Arsène Lupin de l'Église. Comme dit le héros : " Je suis un chat de gouttière qui connaît les bonnes manières. " La culture du père Larochelle l'autorise à manger à tous les râteliers. Il se sent bien partout, même chez la fille de Rimbaud qu'il rencontre à Harar. Le poète a-t-il des descendants? Qu'à cela ne tienne, les invraisemblances ajoutent même au plaisir de lire ce roman, qui aurait pu être un portrait iconoclaste. Avec une plume satyrique, l'auteur s'amuse aux dépens des disciples de Saint Ignace de Loyola, qui furent naguère ses professeurs. Quelle douce vengeance!