Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

 

Ricard, André.

Une paix d'usage. Éd. Triptyque, 2006, 211 p.

Une messe sur le monde

Plusieurs auteurs québécois ont été inspirés par le Mexique, tels Larry Tremblay et Claude Beausoleil. André Ricard nous y entraîne également avec son alter ego, un dramaturge du Québec, qui a vécu, de ce pays, les répercussions de l'effondrement des tours du World Trade Center, survenu le 11 septembre 2001.

Son héros s'adonne à un travail littéraire comme traducteur et homme de théâtre. C'est l'occasion pour lui de se familiariser avec la culture mexicaine, en particulier celle des Amérindiens. Les amoureux de l'Amérique latine puiseront sûrement dans ce roman une matière à combler leurs lacunes. La trame s'amalgame au quotidien d'une population religieuse, frappée par la mort d'enfants et par des événements qui perturbent sa vision du monde. Le Québécois confronte la sienne à celle de ses hôtes et en déduit que les héritiers du paradis perdu depuis Adam et Ève se battent en vain pour établir le sens de leur existence. En dehors des sentiers de la foi, les victimes de la condamnation divine doivent se dépêtrer pour s'accorder " une paix d'usage " qui les protège de la folie. Quant à lui, le héros découvre la voie de la fraternité qui le porte à jeter un regard plus compatissant sur la condition humaine, en particulier lorsque son ancienne flamme s'éteint lentement sous le souffle du cancer.

Comme Teilhard de Chardin, André Ricard célèbre " une messe sur le monde ". Une messe profane dont l'homélie jette l'anathème sur la violence, le pouvoir économique et médiatique ainsi que sur les charlatans du bonheur. Cette liturgie risque fort d'ennuyer les fidèles. L'auteur n'a pas écrit un texte commode pour les rassurer. Son propos est pris dans un pain à la manière de Marie-Claire Blais et nous parvient à travers un langage sibyllin que les inversions et le vocabulaire abstrait accentuent, sans compter le recours obligé à l'analyse grammaticale pour décortiquer la phraséologie. Nonobstant ce bémol, l'écriture est très poétique, mais d'une préciosité que Molière combattait en son temps. Ce style porte au questionnement, d'autant plus que Racine s'est servi seulement de six cents mots pour rédiger ses chefs-d'œuvre.